Tsukasa YOSHIDA : le témoin de sa métamorphose

Tsukasa YOSHIIDA -57 : en OR aux Masters de GUANGZHOU

Il y a encore 4 mois je n’aurai pu réaliser cette photo.

Depuis il y a eu les championnats du Monde à Baku, et le fameux dossard rouge a produit son effet.

Cette détermination, cette assurance dans le regard, je n’avais jamais eu l’occasion de les voir chez elle avec une telle intensité.

Cette photo représente pour moi une étape dans mon travail.

Si toute photo doit raconter une histoire, mon ultime quête reste toujours de faire la photo qui résume totalement la personnalité du sujet.

En ce mois de décembre 2018 en Chine, elle s’apprête à aller en finale des Masters contre la puissante kosovare Nora GJAKOVA. Je regarde Tsukasa en chambre d’appel. Une pression devrait peser sur ses épaules. Chez elle il y a 15 jours elle a été sortie prématurément sur décision arbitrale à Osaka pendant le Grand SLAM, devant toute sa famille. Elle rêvait de fêter son titre mondial à la maison. Et pourtant, rien ne semble la perturber.

Tout athlète mérite sa part de lumière.

Ils font de tels sacrifices au quotidien pour leur carrière, que tous méritent d’être valorisés. Mais sans que cela soit volontaire, des rencontres marquent plus que d’autres. Au fil du temps des affinités se créent. Et parfois quelque chose d’unique se produit. Qui dépasse les barrières culturelles et professionnelles.

J’ai rencontré Tsukasa YOSHIDA la première fois en 2015 à Düsseldorf, où elle était la sparring-partner de l’équipe féminine du Japon. Déjà son enthousiasme et sa dynamique m’avait interpellés avec sa stature d’1m56. Mais ça sera vraiment en 2017 lors du Tournoi de Paris que tout basculera. Une photo marquera sa famille. Cette photo marquera le début d’une complicité qui ne s’est pas démentit depuis et qui s’est même amplifiée. Sa jeune sœur Sana est devenue depuis championne juniors du Japon en -48 et médaillée d’argent au dernier mondial juniors de Nassau.

On en reparlera avec le temps, mais YOSHIDA est un nom qui va marquer le judo féminin japonais pour au moins 2 olympiades.

Emmeric LE PERSON

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *