Le Judo au Bhoutan : maintenant seuls au monde !

michihiro yamasaki

Michihiro YAMASAKI au dojo familial d’OSHIO

Pour ma part tout commence par une de ses rencontres qui marquent une vie. Celle que j’ai eue au Japon avec Michihiro YAMASAKI en 2010 à OSHIO dans le dojo familial de YAMASAKI sensei près d’HIMEJI. Quelques mois après notre rencontre il partait au Bhoutan.

Au fait pouvez-vous facilement situé ce pays sur la carte ? C’est le dernier royaume de l’Himalaya.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bhoutan

Juste nourri et logé

Sa mission à 24 ans ? Simple : juste nourri et logé pour introduire le judo au Bhoutan à partir d’une feuille blanche pendant 2 ans. Vous l’ignorez peut-être régulièrement il est proposé aux plus méritants des jeunes judokas japonais qui ont la fibre, de partir à travers le monde pour transmettre le savoir. On retrouve les origines de la transmission du judo du vivant de Jigoro Kano. Pour la première fois depuis des lustres dans le judo, un pays d’Asie allait découvrir le judo. La demande qui est arrivée au Kodokan émanait du Royaume du Bhoutan pour introduire une méthode éducative et sportive pour ses jeunes.

Il rencontre le succès

Il débarque en septembre 2012 avec des kims sous le bras venant de l’Université privée de Konan à Kobé dont il est issu. Il intègre la seule école privée la Pelkhil School. Il cumule aussi avec le titre de professeur d’éducation physique. Moi qui l’ai suivi à distance j’ai vu rapidement l’influence qu’il a immédiatement exercée sur les jeunes. Rapidement sur les réseaux sociaux, sa coiffure sophistiquée a été adoptée par les jeunes. Avec quelques allers-retours avec des juniors de Konan et de senseis, il arrive rapidement à créer une dynamique.

Le 1er tournoi !

Il créé ainsi le 1er tournoi  de ceintures de couleurs du pays. Juste un petit rappel, on part d’une feuille blanche. Donc cela veut dire former aussi des commissaires sportifs et des arbitres ! Prenez bien conscience de la dimension de son action.

Un réseau de solidarité s’est installé en France en 2011 avec la mission de son père Shunsuke YAMASAKI. Il est venu pour finaliser une rencontre de cadets Aveyron-Hyōgo en 2012. Ensuite le Kodokan lui a demandé un rapport sur le judo français. Pendant sa tournée à l’école franco-japonaise de Tours ils ont envoyé des judogis au Bhoutan, dont la logistique a été supervisée par Pierre CAVRERO. Après de nombreuses péripéties douanières ils ont été livrés.

judo bouthan crédit photo : ©Sid SIDDHARTHA

Les premières ceintures noires 

Au bout de 2 ans une délégation de senseis menée par son père Shunsuke YAMASAKI débarque avec toute l’autorité nécessaire pour le 1er passage de grade de son histoire. Les premières ceintures noires du Bhoutan sont délivrées pour l’histoire à  Sid SIDDHARTHA et   Jimmy GYELTSHEN.

judo bouthan 2

crédit photo : ©Sid SIDDHARTHA

Et après ?

Plus rien. Michihiro n’a pas trouvé de remplaçant et est retourné au Japon pour travailler, mais plus dans le judo. Désormais les judokas sont livrés à eux-mêmes et ce sont les 2 ceintures noires qui organisent du mieux qu’ils peuvent. Il faut espérer que le Japon retrouve un autre jeune capable d’être aussi isolé dans un pays les plus inaccessible du monde. La fédération d’Asie de judo va peut-être intervenir entre temps. Mais sachez que pendant ces 2 ans j’ai essayé de vendre ce reportage qui pour moi est une aventure humaine exceptionnelle. Personne ne fut intéressé. On est très loin de l’esprit originel de Jigoro Kano.

Alors si vous êtes dans le coin n’hésitez-pas, allez voir au Bhoutan avec votre judogi vous y serez bien reçu.

Voici la seule trace historique de cette aventure, car c’en est une !

Vidéo sur Youtube mise en ligne par

Bhutan’s first Judo Tournament
Held at Pelkhil School, Thimphu, Bhutan
www.pelkhil.edu.bt

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *