Gefen PRIMO : une défaite à la Pyrrhus

Gefen PRIMO – ISR : un talent qui ne doit rien au hasard

Aux derniers championnats d’Europe cadets en Lituanie elle a perdue en finale des -52. Perdue oui…mais à la Pyrrhus. C’est-à-dire à l’opposé d’une victoire à la Pyrrhus. Les raisons de sa défaite lui donnent maintenant toutes les clefs pour un grand destin qui s’offre à elle.

Gefen : FAST, un mot anglais qui résume son parcours stratosphérique

La première fois que je l’ai vue c’était en 2015 en stage en Israël . J’avais emmené l’équipe féminine de Peugeot Mulhouse sous la direction de Céline LEBRUN. Très vite aux premiers randori une évidence s’impose, une fille par sa précoce maturité détonne. Je m’informe de son âge : minime ! Hallucinant ! Elle participe à un stage international senior où viendra en milieu de semaine l’équipe féminine coréenne en pleine préparation des championnats du Monde. Discrètement je sonde les senseï, on tombe d’accord : pas beaucoup d’équivalent dans le monde. Personnellement je n’en connais que 2 : Dominique DOMINGO des USA et Ai TSUNOGA la fille de Go.

Gefen PRIMO : ISR

On a connu des talents par trop précoces, qui se sont brûlés les ailes à vouloir grandir trop vite, poussés trop fort parfois par des entraîneurs qui voulaient se faire un nom. Ou encore par des parents qui vivaient la carrière de leur enfant par procuration. Ici rien de tout cela. Je vais vous expliquer pourquoi.

Lorsque je suis revenu en 2016 en Israël, le stage était encore plus important, c’était pour la préparation des JO de Rio. On sait que depuis les Jeux de Munich, Israël a un rapport particulier avec l’olympisme. Etant le photographe officiel et surtout encore plus proche d’eux, on a pris encore plus le temps de s’apprécier au cours de l’année écoulée. Le programme est aussi plus diversifié pour moi. Un honneur fut de me faire intervenir pendant une animation ATHENA pour la promotion du judo féminin auprès des jeunes filles. Et aussi pour une initiation des mamans de judokas…l’occasion de prendre le temps aussi de rencontrer la mère de Gefen, Meirav PRIMO. Et là tout s’est éclairé !

Meirav PRIMO : au plus près de la passion de sa fille Gefen.

Partant du principe que tout est fait pour que leurs enfants soient bien dans leur peau, sa famille a décidé de donné les moyens à Gefen pour réaliser ses rêves. De sa passion, le judo, Gefen peut en faire sa vie. Que surtout elle ne soit pas aigrie, ni frustrée quand elle sera adulte. Donc elle a bénéficié tôt d’une scolarité aménagée. Ensuite des cours de judo particuliers avec Shany HERSHKO pour lui donner les clefs .

Gefen avec Shany HERSHKO

En Israël le choix a été fait d’intégrer des minimes si le niveau et la maturité étaient suffisants, au groupe des athlètes à Wingate Institute. La première raison n’est pas dû au faible nombre de licenciés, c’est d’abord les sensibiliser très tôt aux exigences du haut-niveau. Mais attention c’est fait en toute intelligence . D’abord par le suivi de la part de l’encadrement, on respecte d’abord l’intégrité des jeunes. Ensuite les athlètes ont bien conscience de créer une dynamique positive . Le maître mot : progression ! Je progresse grâce à toi, tu progresses avec moi.  A méditer dans les structures où la mentalité spartiate est de rigueur… ne restent que les survivants. Tous les jours Gefen a la chance de côtoyer son idole, la leader charismatique Yarden GERBI qui insuffle sur le tapis une énergie positive comme nulle autre pareil !

Gefen au quotidien au côté de son idole : Yarden GERBI

Alors a-t-elle progressé depuis l’année dernière ? Je regarde le randori qu’elle effectue auprès de Yarden. Tout l’intérêt du randori c’est justement le moment où l’intelligence prend le dessus sur le physique. Ça n’est pas un shiai, un combat. Premier constat toujours cette énergie, toujours cette enthousiasme, cette joie à se relever face aux prises réussies de Yarden. On voit qu’elle a encore gagné en puissance et en mobilité. Pour vous faire votre avis, de l’atmosphère voici un résumé en images :

Mais lors de stages, lorsqu’il est prestigieux, c’est l’occasion de se confronter aux meilleurs du monde de sa catégorie, ou de celles qui sont proches. C’est exactement ce que fit Gefen. Son attitude et son investissement personnel le lui permet de n’avoir aucun refus. La preuve en images :

Arleta PODOLACK : POL

Charline VAN SNICK – BEL

Cet article ne serait pas complet sans parler de son entraîneur au quotidien, en tant que cadette elle est sous la houlette de Einat YARON. Cette grande dame qui donne les clefs aux cadettes pour qu’elle démarre leur carrière de haut-niveau, et passer le relais aux entraîneurs des juniors et seniors.

Einat YARON : responsable cadettes d’Israël

Car pour résumer une carrière réussie il faut  3 éléments qui fusionnent : une passion démesurée pour le judo, un environnement familial en phase, un encadrement à la hauteur de ses rêves. Gefen a tout ça.

Une dernière photo symbolique ô combien dans cette aventure qui porte et portera longtemps Gefen vers les sommets du judo mondial : celle de Shany et de sa mère Meirav.

N’oubliez pas son nom : Gefen PRIMO

Emmeric LE PERSON

Print Friendly, PDF & Email

Une réflexion au sujet de « Gefen PRIMO : une défaite à la Pyrrhus »

  1. Super article
    C’est super de découvrir, en photos et à l’aide d’un sujet aussi bien documenté, de nouveaux talents. En tout cas pour des amateurs de Judo, comme moi, pas forcément expert.

    Merci Emmeric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *