Camila MINAKAWA : le judo comme passeport

camila minakawa

Camila MINAKAWA pour son dernier SLAM de Rio sous les couleurs du Brésil

Confiance en soi

Au judo, ce qui distingue le champion de l’athlète c’est la confiance en soi, inébranlable. C’est être en phase avec soi-même. C’est ne pas se voiler la face et affronter la réalité. C’est se donner vraiment les moyens d’atteindre son objectif : être le meilleur ! Camila l’a compris… et elle le prouve !

camila minakawa (5)Médaillée aux Championnat du Monde juniors 

Depuis mars à 23 ans elle a franchi l’Atlantique et la Méditerranée pour devenir désormais Israélienne. Ce n’est pas un choix par dépit, comme si la route était barrée par plus forte qu’elle. Non elle n’a jamais craint la concurrence, çà la sublime ! Née au Brésil, elle a toujours baignée dans le monde du judo avec son père arbitre international et sa mère coach à Sao Paulo. Médaillée au Monde juniors, c’est un réel espoir du judo mondial en  -57 avec son uchi-mata dévastateur. Au Brésil, l’autre pays du judo avec ses 1,5 millions de licenciés, sortir du lot est en soi un exploit authentique. Elle l’a fait ! Alors pourquoi partir ?

camila et miriam minakawa (5)

la complicité entre Camila et sa mère Miriam MINAKAWA au dernier SLAM de Rio

La beauté du métissage

Sa mère juive Miriam lui a montrée l’autre versant de sa culture familiale. Le métissage, qui est la plus belle chose qui soit arrivée à l’humanité, est parfois déroutant à vivre. Etre entre 2 cultures c’est être assis entre 2 chaises, en instabilité constante. Alors Camila est venu sur place en Israël, elle a vu et surtout elle a compris. C’est ici chez elle et pas ailleurs. Tellement loin de la mégalopole démesurée et parfois inhumaine qu’est Sao Paulo. Qu’importe alors la voie tracée à l’origine qui se voulait royale, elle se prend en main et émigre en mars avec sa mère dont elle est si proche. Elle laisse derrière elle certains amis judokas brésiliens encore remplis de « saudade ».

camila minakawa (3)

Ate logo Brasil…Boker tov Israël

la superbe équipe féminine israélienne

Vivre en Israël, c’est choisir aussi de vivre dans un pays où les distances sont tellement raccourcies par rapport au Brésil. Où la tension est palpable au quotidien. Mais où la jeunesse a cette fougue, animée par ce sentiment diffus que çà peut être le dernier soir. Alors elle a intégrée avec facilité cette superbe équipe féminine où se côtoient Yarden Gerbi et Alice Schlesinger sous la houlette du charismatique coach Shany Hersko. Avec sa culture judo empreint de tashi waza et de ne waza brésilien, Camila rajoute à sa panoplie la longue tradition israélienne du judo total.

camila minakawa (2)

Une des grandes judokates de demain

Le 1er juin à Madrid elle ramène sa 1ère médaille. Elle est désormais en marche et pour longtemps.Elle va découvrir le circuit européen et centre asiatique. Elle va surtout devenir pour moi une des grandes judokates de demain.Car elle sait pourquoi elle fait du judo. Et elle a choisi de défendre les couleurs du pays où elle est en harmonie. Alors en compétition ne la manquez pas. Prenez le temps de voir ses vidéos. Car exceptée Kaori Matsumoto (que je rate à chaque fois..snif..) je n’ai encore jamais rencontré une judokate avec une telle intensité dans le regard. Ce charisme époustouflant vous saisit sur place avant même d’avoir subit sa prise.

Il y a le judo, et il y a des judokas, étonnants, qui vous bouleversent…comme Camila MINAKAWA.

Emmeric LE PERSON

 

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *