Tsukasa YOSHIDA : un judo de génie

Tsukasa YOSHIDA – Grand SLAM PARIS 2017

Un geste inhabituel qui a tout,absolument tout changé pour moi. Un jour de février 2017 , un regard furtif sur ma boite des messages de personnes non-connectées sur facebook. Tiens ? C’est une demande de message, d’une japonaise apparemment : Futaba TANAKA. Je le lis…j’en tombe à la renverse. Aucun photographe japonais n’a pris le temps de s’intéresser à sa nièce. Comment est-ce possible ?

Tsukasa dont l’extrême souplesse est la base de son judo hors-norme

Pas de doute, derrière les remerciements un peu disproportionnés par l’émotion, je constate deux choses qui vont tout changer pour moi : 1°) oui les japonais sont des gens comme tout le monde et que leurs opinions et leurs sentiments ils n’hésitent pas à l’exprimer ouvertement quand c’est nécessaire. 2°) Après 5 ans de démarches mesurées, une opportunité de pouvoir dialoguer enfin une athlète japonaise se présente à moi. ALIGATO GOZAIMAS Futaba, toi sa tante, qui m’a donné les clefs d’un échange exceptionnel avec Tsukasa et sa famille.

Une joie de vivre son judo

Hong Kong mai 2017, dans la « city world – la ville monde » , une judokate japonaise poursuit son ascension, inexorablement . Il y a 2 ans elle était la partenaire d’entrainement de l’équipe féminine  à Düsseldorf. Aujourd’hui c’est la leader naturelle des -57, et qualifiée pour les championnats du Monde 2017 à Budapest. Ça sera une autre occasion de la retrouver.

Ultimes préparatifs

Etre sur place, faire l’effort de retrouver les nations asiatiques chez eux, c’est aussi ce qui a fait toute la différence. Car naturellement on prend toujours le temps d’écouter quelques instants son invité, lorsque la demande est faite à-propos. Avec mon magazine IN THE HEART OF JUDO, sous le bras, il se transforme en un sésame universel. Toutes les barrières tombent, et chaque prise de vue, ici, dans les coulisses du championnat d’Asie, devient une première pour eux. Un pur moment de bonheur. Et pour la première fois, je vais aussi pouvoir être en immersion aussi avec l’équipe japonaise. Un rêve devient réalité : the dream come true.

 Yoshihide YOSHIDA  : son père avait fait le déplacement

La rencontre avec le père de Tsukasa a aussi été un grand moment de vie. Beaucoup de choses sont passées entre-nous malgré une certaine barrière de la langue, mais il y a des regards, des gestes, des accolades qui en disent tellement. Effectivement sa fille a toujours eu ce supplément d’âme qui en a fait une championne, une détermination et un professionnalisme précoces qui ont forgés son destin. L’humilité de cet homme me touche. Mais je lui fait comprendre aussi que le judo doit tellement aux parents de judokas, qui depuis la petite enfance font de nombreux sacrifices, de temps, de déplacements, d’argent, de soutien devant les blessures, pour que leur enfant aille au bout de ses rêves. Et rapidement le voir partir très jeune du foyer pour entrer en structure. N’inversons pas les rôles et remettons les choses à leur place.

En puis je lui montre les tribunes :

Regardes Yoshihide, combien de parents de judokas japonais suivent leur enfants à travers la planète ? Tu seras aussi à Budapest fin août avec ta femme. Quel que soit le résultat, Il faut une trace de ça pour plus tard, pour l’histoire de votre famille.

Son regard, comme le mien d’ailleurs, s’embrume. On s’est compris.

L’échauffement avec Ryo SHIMMORI la partenaire d’entrainement de l’équipe féminine

Aucun média japonais n’a fait le déplacement à Hong Kong…tant pis pour eux. Je me régale de les voir vivre. Ici se construit aussi l’avenir et les Jeux de 2020 sont dans l’esprit des senseï . Ma discussion avec Yamashita senseï me l’a confirmée.

L’équilibre : fondamental en judo. La puissance seule ne suffit pas.

Je regarde Tsukasa YOSHIDA et je me rend compte à quel point la sérénité l’habite. Etre sûre de soi sans ostentation, juste parce que l’on se connait et que si on respecte toujours son adversaire, on a un bagage technique et un vécu qui permet de parer à beaucoup de situations. Et pourtant elle a dû passer par de sacrés moments plus jeune, une évidence c’est la plus petite du circuit mondiale en -57. Son judo devrait en toute logique se composer de sutemi et make-komi. Pour les néophytes du judo, et j’espère qu’il y en a beaucoup qui lisent ce blog, ce sont des techniques de sacrifices, où l’on passe souvent sous son adversaire en s’agenouillant par exemple. L’arme du plus « petit » face aux grands, spectaculaire qui a largement contribué à la popularité des premières démonstrations du judo par Jigoro KANO. Et bien non ! Son spécial : uchi mata ! C’est la technique de jambe préférée des judokas longilignes.

La chambre d’appel

Alors oui c’est ça la force de l’esprit sur le corps. Aller au-delà de ce qui est possible, s’adapter et faire ce pour quoi on est destiné. Elle a eu raison de s’écouter, aux senseï de lui avoir fait confiance, l’uchi-mata est fait pour elle. Le JUDO c’est la voie de la souplesse, pas de la force ! Elle en est le symbole. Son déhanchement exceptionnel se devine déjà lors du taiso. Elle le réveille à l’échauffement par touches. Elle prend toute sa puissance en combat. Ça sera la seule athlète dont je suivrai les combats.

Finale :Tsukasa YOSHIDA en judogi bleu vs Youjeong KWON – KOR: un uchi-mata qui n’appartient qu’à elle

Retour de combat : +30° et 80% d’humidité malgré la climatisation

L’histoire n’a pas bégayé, elle est devenue championne d’Asie à Hong Kong. Avec son père on se tombe dans les bras. Mais je sais que l’essentiel pour moi est ailleurs.

Cette photo servira la couverture du livre privé commémoratif de la famille YOSHIDA

J’étais venu, entre autre, à Hong Kong pour découvrir une athlète, j’ai découvert une femme à la personnalité forte qui est ouverte sur les autres et sur le monde. Une preuve de plus ?

Chère Tsukasa, nos chemins vont se croiser souvent dans l’avenir.

DOMO ALIGATO GOZAIMAS TSUKASA.

Emmeric LE PERSON

Ps : mon reportage à Hong Kong sur les championnats d’Asie 2017 : cliquez ici

magazine judo Hong Kong 2017

Print Friendly, PDF & Email

6 réflexions au sujet de « Tsukasa YOSHIDA : un judo de génie »

  1. Bravo Emmeric!
    Cet article donne envie de la voir en action. Une (plusieurs) belles rencontres de plus dans ton immense carnet d’adresses de judokas. En voyage au Japon on passera la voir à l’entraînement 😉
    A bientôt

    Alain

  2. Quel magnifique article !
    Les photos bien sûr mais cette tendresse et cette pudeur pour parler d’une judokate Japonaise et de sa famille. Ce pays et ses sportifs ne fonctionnent pas tout à fait comme nous autres Européens. Cette rencontre restera certainement un moment rare.
    Bravo Emmeric

  3. Hello ami artiste, le graal se rapproche, la Japon s’ouvre à toi, ce n’est que mérité, le meilleur arrive, fonce !
    Merci pour ces rencontres.
    Bises et bel été.
    JFH

  4. Ce reportage te ressemble bien, du judo certes, mais aussi de l’affection et toujours beaucoup d’émotion; tout à ton image cher Emmeric.
    Merci pour tout ton travail qui donne au judo un côté affectif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *