Fred JOSSINET : une championne s’en va…une grande coach arrive !

fred jossinet

Frédérique JOSSINET à l’ Europa Cup juniors de Lyon 2013

Quel régal ! Couvrir un tournoi c’est surtout ne pas négliger le relationnel athlète-coach. Le combat se joue avant : à l’aire d’échauffement, pendant l’attente dans la chambre d’appel. C’est la partie cachée du combat. Et déjà avec l’œil du photographe on arrive à évaluer le degré de complicité. De manière générale cependant plus la relation est ancienne et plus elle est intense. Et pourtant il y a des exceptions…

Pour l’Europa Cup juniors de Lyon, Fred JOSSINET faisait une de ses 1ères sorties internationales en tant que coach de l’équipe de France juniors. Même si le temps est compté en haut-niveau et les résultats primordiaux, on a toujours un temps d’adaptation. Pour Fred, c’est comme en compétition, elle est opérationnelle dès la 1ère seconde.

En plein combat on rentre en concurrence avec le coach du club

La difficulté pour un entraîneur national c’est son rôle ambigu. Il s’occupe de plusieurs athlètes et participe à la sélection. En plein combat il rentre en concurrence avec le coach du club, qui lui peut donner de la voix des tribunes. Tandis que le coach national au bord du tatami est limité aux matés(pauses de l’arbitre pendant le combat).

La confiance est déjà installée !

Pourtant j’ai vu Fred dès l’aire d’échauffement sûre de soi et charismatique. Le dimanche j’ai particulièrement suivi un espoir Gwen VIARD de SGS. Et là j’ai pu voir toute la dimension de l’aura de Fred JOSSINET. Avec les athlètes qu’elle suit il se passe quelque chose au-delà des mots. La confiance est déjà installée ! Je me suis trompé. Je ne pensais pas voir de si tôt une relation si fusionnelle depuis le départ de la grande Cathy FLEURY. Chacun a sa personnalité évidement, mais Fred est déjà sur la voie pour atteindre cette dimension à terme. Et ce plus vite qu’on ne le croit.

On a déjà retrouvé un pilier au ne-waza.

En final je dirais que c’est aussi une chance pour l’équipe de France. Malgré le départ de Jean-Pierre GIBERT pour la Russie, on a déjà retrouvé un pilier au ne-waza. Elle était déjà le pendant féminin de Flavio CANTO, à savoir la meilleure judokate du monde au sol. Elle va sans aucun doute en faire profiter les athlètes français.

Fred JOSSINET C’est une femme de défi, mais surtout une femme qui réussit !

Vivement la suite !

Emmeric LE PERSON

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *